Le secteur de la mode n’est pas le deuxième plus polluant au monde

Alden Wicker est une experte de la mode durable, dont elle a écrit pour des journaux et des magazines tels que Vox, Vogue Business, Glamour et The Cut, et elle est la fondatrice d’EcoCult, un blog consacré à ce sujet.

Wicker a souvent dit que les statistiques les plus citées sur la pollution de l’industrie de la mode ne sont pas fondées, et ce non pas pour prétendre que la mode n’a pas un impact important sur l’environnement – c’est le cas – mais pour inviter à faire preuve de plus de sérieux et de fiabilité, et à ne pas faire circuler de fausses nouvelles même si vous êtes bien intentionné (en fait, beaucoup de ceux qui font circuler de fausses nouvelles se sentent souvent bien intentionnés).

En 2017, par exemple, Wicker a été la premiere à dire qu’il n’était pas vrai, ou du moins qu’il n’avait jamais été prouvé, que la mode est la deuxième industrie la plus polluante au monde, comme on le lit souvent. Elle a récemment recueilli certaines des données les plus souvent rapportées et non fondées sur Vox : par exemple, que la mode est responsable de 8 à 10 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde, qu’elle produit entre 80 et 150 milliards de vêtements par an et que près des trois cinquièmes de tous les vêtements finissent dans des décharges ou sont détruits dans l’année qui suit leur production.

Le problème, explique-t-il, est que ces chiffres sont partagés par des sources faisant autorité telles que les Nations unies, la Banque mondiale, le cabinet de conseil McKinsey, de nombreux syndicats internationaux et des journaux tels que le Wall Street Journal et le New York Times.

Personne ne s’appuie sur la recherche, les données ou la science mais seulement sur “les sentiments, les liens brisés, le marketing et quelque chose que quelqu’un a dit en 2003”.

En gros, cela fonctionne comme suit : une organisation ou un journal rapporte des données sans en mentionner la source ni les rendre vérifiables, et ces données sont reprises et partagées par d’autres organisations qui les diffusent indéfiniment sans aucune critique.

Un exemple en est l’histoire de la mode qui est considérée comme la deuxième plus grande industrie au monde en termes d’émissions de gaz à effet de serre, après le pétrole. La source est probablement un chiffre utilisé autrefois par Linda Greer, une ancienne scientifique du Natural Resources Defense Council, une association environnementale américaine et maintenant collaboratrice d’une ONG environnementale chinoise.

Il y a quelques années, Greer a découvert que dans la province chinoise hautement industrialisée de Jiangsu, l’industrie textile était la deuxième industrie responsable de la pollution de l’eau après les produits chimiques. Elle a utilisé cette information pour fonder un programme qui a amélioré l’utilisation de l’eau et l’efficacité énergétique dans les usines chinoises, mais entre-temps, l’information – non fondée – a commencé à circuler et a pris un chemin indépendant, changeant complètement. Malgré le démantèlement de Wicker en 2017, les données sont toujours en circulation.